Lascaux, l’originale

« La Chapelle Sixtine de la Préhistoire »

Cette grotte ornée mondialement connue, se situe sur la commune de Montignac dans la vallée de la Vézère non loin de la cité médiévale de Sarlat. De la grotte originale Lascaux I à Lascaux IV, Centre International de l’Art Pariétal inauguré en 2016, venez découvrir la fabuleuse histoire de « la chapelle Sixtine de la préhistoire » (Henri Breuil).

La découverte

de la grotte de Lascaux

C’est en septembre 1940 que l’aventure commence lorsque Robot, le chien du jeune Marcel Ravidat s’engouffre dans un trou au cœur d’une forêt sur les hauteurs de la commune de Montignac. Cette petite cavité intrigue beaucoup le jeune homme.  

Quelques jours plus tard, il revient avec trois camarades : Jacques Marsal, Georges Agniel et Simon Coencas. En pénétrant les premiers dans ce trou, ils deviennent les « inventeurs » de la grotte de Lascaux. Leur découverte va intéresser le célèbre préhistorien l’abbé Breuil qui descend à son tour avec plusieurs historiens.  Commence alors la fabuleuse histoire de « la Chapelle Sixtine de la Préhistoire ».

Devenue monument historique par la suite, la grotte ornée est ouverte à la visite en 1948.


La grotte ornée

A l’intérieur, ses sept salles contiennent près de 2000 figures peintes ou gravées. Elles sont réalisées avec des techniques de virtuoses et des thèmes définis. La grotte de Lascaux ne possèdent pas de stalactite ni de stalagmite. Elle ne représente « que » 250m de développement, ce qui est relativement modeste.

Datant de 18 000 à 20 000 ans selon les spécialistes, ces gravures nous sont parvenues dans un état exceptionnel ! Le bestiaire de Lascaux est surtout composé d’herbivores : chevaux, bovins et cerfs. Il y a quelques lions des cavernes et rhinocéros représentés aux extrémités des compositions.

En divers endroits de la grotte, de nombreux objets ont été retrouvés. Ce sont principalement du matériel pour l’artiste : silex taillés servant probablement de burin ou encore pigments issus de l’hématite, de l’ocre et du manganèse pour la couleur rouge, jaune ou noir.  

La grotte protégée 

Dès 1955, le nombre toujours croissant de visiteurs (plus de 30 000 par an) favorise le développement de tâches vertes sur les parois.

En 1962, avec plus de 100 000 visiteurs dans l’année, les parois se dégradent de plus en plus, si bien qu’en 1963 le ministre de la Culture, André Malraux, décide de fermer la grotte de Lascaux au public. Des réflexions seront alors menées pour trouver une solution afin de continuer à présenter ce trésor préhistorique aux visiteurs. C’est à lors les débuts de la création du fac-similé Lascaux II.