© Penn graphics

L’arbre de mai

Une tradition du Périgord

Sans doute avez-vous remarqué en vous baladant dans nos villages de Dordogne et sur les routes du Périgord, des arbres accrochés aux façades de certains bâtiments, comme les mairies, ou les commerces.

Il s’agit d’une tradition du sud-ouest qui se nomme l’Arbre de Mai.

Une très ancienne tradition …

L’arbre de mai est une vieille tradition occitane, autrefois extrêmement répandue dans les campagnes périgourdines.

Pour célébrer l’arrivée du printemps, des jeunes gens étaient chargés de couper et de transporter l’arbre du mai que l’on enrubannait et que l’on plantait sur la place du village. Cette pratique était un moment d’une grande importance dans l’année paysanne. Symbole de la jeunesse et de la fécondité, elle descend du culte antique de la Déesse Nature, Maïa, célébrée chez les romains.

… qui a subi de vives oppositions !

                Ce culte rendu à l’arbre sacré a cependant rencontré de vives oppositions de la part de Charlemagne et de l’Eglise qui souhaitaient mettre un terme à cette tradition païenne. En 1579, le concile de Milan va jusqu’à demander l’interdiction « le premier jour de mai, fête des apôtres saint Jacques et saint Philippe, de couper les arbres avec leurs branches, de les promener dans les rues et dans les carrefours, et de les planter ensuite avec des cérémonies folles et ridicules ». Malgré ces oppositions, l’arbre du 1er mai et ses coutumes ont survécu jusqu’à nos jours.

Une tradition qui a survécu au temps en évoluant :

Au fil des siècles, la tradition de l’arbre de mai a quelque peu évoluée. Chaque évènement important d’une famille ou d’un village était célébré par la plantation d’un arbre. Le plus souvent devant la maison d’une jeune fille à marier ou au contraire après la cérémonie en faveur des jeunes époux.

L’arbre de mai, aujourd’hui :

De nos jours, la tradition de l’arbre de Mai tente de se maintenir en honorant le nouvel élu local, le patron ou encore pour orner le faîte d’une maison dont on vient d’achever la charpente.

On utilise des arbres entiers imputrescibles tels que des sapinettes que l’on ébranche par la suite au ¾. Seul un toupet de feuilles au sommet est conservé. Par la suite, on pare l’arbre de rubans, symboles de purifications, et de couronnes, symboles de victoire. On rajoute un ou plusieurs drapeaux ainsi qu’une pancarte portant l’inscription « Honneur à notre élu », « Honneur aux mariés », « Honneur à notre patron » etc…

Moment convivial, la plantation du mai s’achève toujours autour d’un verre et d’un buffet, encore une occasion, s’il en fallait une, de se retrouver et de faire la fête en Périgord

Nos suggestions