Patrimoine religieux

LE PATRIMOINE RELIGIEUX DU PERIGORD NOIR

S’il est vrai que le Périgord n’est pas une terre spécialement réputée pour son patrimoine religieux, son architecture romane ou ses tympans sculptés, il n’en recèle pas moins quelques édifices remarquables, et une multitude d’églises rurales, certes modestes, robustes, mais dont le charme réside sans doute dans cette simplicité même.

Généralement intactes, c’est-à-dire à peine retouchées depuis leur époque de fondation, elles peuvent bénéficier d’une situation exceptionnelle, ou bien dissimuler certains détails pittoresques, mais elles méritent vraiment que l’on prenne le temps de partir à leur découverte.

 

Des caractéristiques communes se dégagent de l’observation des églises du Périgord Noir :

  • Le plus souvent, elles sont à nef unique, et leurs plans sont relativement simples, rectangulaires ou en forme de croix latine.
  • Les chevets sont plats (plus simples, plus économiques et plus facilement fortifiés), ou présentent une abside semi-circulaire, plus rarement une abside polygonale
  • Les élévations sont dépouillées, nues ou juste décorées d’arcs d’applique
  • Beaucoup d’églises ont conservé tout ou une partie de leurs couvertures de lauzes

 

Lorsque les édifices sont voûtés (mais certains sont seulement charpentés), il s’agit en général d’un berceau plein cintre ou brisé, ou de croisées d’ogives. Mais il faut noter l’emploi fréquent de la coupole : elle est utilisée pour couvrir la croisée du transept, le clocher, l’avant-chœur, le chœur. Multipliées en « file », les coupoles peuvent alors voûter une nef, voire l’ensemble d’une église.

Les clochers sont habituellement construits au-dessus de la croisée du transept ou de l’avant-chœur. Mais de nombreux édifices ne présentent que de simples clochers-murs, presque toujours montés sur le mur occidental, quelquefois au-dessus de l’arc triomphal. La sculpture est exceptionnelle (on ne trouve pas de grands portails sculptés), et se réfugie dans les chapiteaux ou les modillons des corniches.

Ce qui est frappant, c’est le nombre d'églises fortifiées, soit dès l’origine, soit au cours de remaniements, notamment lors de la guerre de Cent ans. Plusieurs d’entre elles ressemblent à de vraies forteresses, avec un système défensif complet et complexe.

D’autres ne possèdent qu’une chambre forte au-dessus des voûtes ou un bahut défensif au-dessus de l’abside, quelques trous de tir çà et là, des vestiges de hourds ou de mâchicoulis. Mais il apparait donc, que dans nombre de villages, l’église a été le seul refuge des habitants en cas d’attaque.

• AUDRIX

• BELVES

• BESSE

• CARSAC AILLAC

• CENAC ET SAINT JULIEN

• MARQUAY

• PAUNAT

• PRATS DU PERIGORD

• SAINT AMAND DE COLY

• SAINT GENIES

• SAINT LEON SUR VEZERE

• SARLAT ET TEMNIAC

• SERGEAC

• TAYAC

• TREMOLAT

• TURSAC

 

QUELQUES EDIFICES RELIGIEUX DANS LE PERIGORD POURPRE LIMITROPHE

• BEAUMONT DU PERIGORD

• CADOUIN

• MONPAZIER

• MONTFERRAND DU PERIGORD

• SAINT AVIT SENIEUR

• SAINTE CROIX DE BEAUMONT

• URVAL