La Lauze del Périgord

La lauze dans l’architecture en Périgord Noir

Les toits des vieilles maisons du Sarladais surprennent au prime abord par la nature du matériau utilisé : la pierre. Celle-ci est généralement jugée trop lourde pour réaliser des couvertures. Et pourtant, les anciens n’ont pas hésité à utiliser ce calcaire si présent dans la région.

Les dépôts remontent à 80 millions d’années, au Crétacé supérieur, lorsqu’une mer peu profonde recouvrait les lieux. En se retirant, elle a laissé cette pierre dorée caractéristique du Périgord Noir.

Elle se présente notamment sous forme de couches fines de 3 à 5  centimètres d’épaisseur séparées par des joints. Cette roche en se délitant donne des dalles de pierre appelées lauzes d’après la langue occitane. Les couvreurs ou lauziers les utilisent, selon la tradition, pour couvrir les maisons.

Ce travail résulte d’un savoir-faire ancestral. Les pierres sont taillées, empilées avec précision, sans mortier jusqu’au faîtage. Ce bâti très lourd pèse entre 500 et 800 kilos au mètre carré.

Ceci explique la grande inclinaison des charpentes laquelle permet de renvoyer la majeure partie du poids directement sur les murs. Ces hautes toitures, dites périgourdines, caractérisent l’architecture du Périgord Noir. Sous l’action de la pluie, la pierre prend rapidement une couleur grise rappelant l’ardoise.

Aujourd’hui la tuile, moins lourde et moins chère, remplace souvent la pierre. A Sarlat et dans les villages des environs, des toits en lauze se dressent encore dans leurs douces formes élégantes rappelant ces belles constructions qui paraissaient éternelles.

Quelques incontournables : cité historique de Sarlat, village de Saint Geniès ; châteaux et villages de Beynac, Castenaud ; manoir d’Eyrignac ; châteaux de Marqueyssac, Fénelon.