Préhistoire en Périgord Noir

De la Préhistoire à nos jours, les hommes ont légué de nombreux témoignages de leurs passages en Périgord Noir. Des grottes ornées (Lascaux, Font de Gaume) aux châteaux forts (Castelnaud), des cités troglodytiques (Belvès) aux Bastides (Domme), ce pays est un véritable livre d’histoire.
 
Mondialement connu pour la richesse et la densité de ses sites préhistoriques, le Périgord Noir est l'un des premiers berceaux de la connaissance de l’évolution humaine. Dans la seule vallée de la Vézère, entre Montignac et Les Eyzies, on dénombre plus de 200 sites paléolithiques, dont les fameuses grottes ornées inscrites par l’UNESCO au Patrimoine Mondial.
 
En Périgord Noir plus qu’ailleurs, la période préhistorique a laissé ses empreintes. C’est ici qu’est véritablement née l’étude de la Préhistoire avec des découvertes dont les noms font partie de la culture mondiale : Cro-Magnon (1868), Lascaux (1940) ...
 
C’est toujours avec émotion que les hommes contemporains se penchent sur leurs origines. Des gisements aux grottes ornées, le Périgord Noir permet aux néophytes de découvrir la Préhistoire et aux amateurs avertis d’approfondir leurs connaissances.
 
Hormis la découverte de rares artefacts (les Vénus Périgordiennes), l’art préhistorique s’apprécie surtout grâce aux peintures pariétales, aux gravures et aux bas-reliefs. Le Périgord Noir, et plus particulièrement la vallée de la Vézère, fournit de brillantes illustrations de cet art. D’ailleurs plusieurs périodes de la Préhistoire et plusieurs « cultures » doivent leur nom à des sites éponymes du Périgord Noir (Périgordien, Magdalénien, Moustérien).
 
 
Les grottes ornées
 

Certaines grottes ornées sont difficiles d’accès, exiguës alors que d’autres sont proches de la surface et disposent de galeries les rendant très accessibles.

C’est cependant l’obstruction naturelle des entrées qui a notamment permis la préservation de ces sites et notamment de Lascaux.
Les peintures étaient réalisées avec des ocres naturelles trouvées sur place. Elles représentent des animaux, des hommes, des signes humains. Les pigments étaient appliqués avec les doigts, les mains, un « pinceau » ou par soufflage à l’aide d’un roseau pour les pochoirs.
 
 
Les sites troglodytiques : de la Préhistoire aux temps médiévaux
Les sites troglodytiques sont des grottes et refuges à flanc de falaise. Ils ont servi d’habitation 
de la Préhistoire au XXe siècle.
Les falaises qui dominent la vallée de la Vézere (La Roque Saint Christophe, Le Roc de Cazelle, Le Conquil...) permettaient aux chasseurs-cueilleurs de maîtriser leur environnement.
Au fil des siècles, cet habitat s’est pérennisé pour atteindre son apogée à l’époque médiévale.
 
 
La vallée de la Vézère mise à l’honneur par l’UNESCO
 
La vallée de la Vézère comporte 147 gisements et 25 grottes ornées. Le classement par l’UNESCO récompense l’intérêt exceptionnel de l’ensemble de ces sites du point de vue ethnologique, anthropologique et esthétique.
Les communes comprises dans ce classement sont Les Eyzies de Tayac, Tursac, Montignac-sur-Vézère (Lascaux), Saint-Léon-sur-Vézère, Marquay, Rouffignac-Saint-Cernin-de-Reilhac et Saint-Cirq-du-Bugue.
 
 
Les Eyzies de Tayac : capitale mondiale de la Préhistoire
 
Cette petite ville au bord de la Vézère concentre un nombre impressionnant de sites préhistoriques. Parmi les sites remarquables, on notera l’abri Pataud et son musée qui permet de mieux comprendre le site (habitat Cro-Magnon pendant 15 000 ans) ainsi que les techniques de l’archéologie. Le Musée National de Préhistoire présente une des plus importantes collections d’objets préhistoriques en France.
 
Les amateurs de balades pourront marcher jusqu’à l’abri de Cro-Magnon près de la gare. C’est sur ce site modeste qu’on a découvert les restes des cinq squelettes qui ont servi à définir les critères morphologiques du type « Cro-Magnon ».
 
Le vallon de gorge d’enfer, à 1 km du village comprend de nombreux sites dont l’abri du Poisson qui doit son nom à la sculpture de saumon de plus d’un mètre de long qui y fut découverte.
 
La grotte de Font-de-Gaume (chef-d’œuvre de l’humanité) permet d’admirer des fresques polychromes originales ; celle de Combarelles des centaines de gravures pariétales.
 
À noter : la grotte de Font-de-Gaume est une des rares grottes ornées polychromes ouverte au public. Les peintures ont été spécialement traitées contre les micro-organismes et des instruments de mesure très précis permettent de détecter la moindre altération. C’est ce souci de préservation qui explique le nombre limité de visiteurs (200/jour).
 
À 15 km des Eyzies, la grotte de Rouffignac, aussi appelée « grottes aux cent mammouths » présente plus de 250 figurations animales (158 mammouths). Elle se visite en train électrique.
 
 
Lascaux II : La Chapelle Sixtine de la Préhistoire
 
Appelée « la Chapelle Sixtine de la Préhistoire » par l’abbé Breuil, cette grotte offre des fresques monumentales sur près de 150 mètres de galeries. Les peintures et les gravures qu'elle renferme n’ont pas pu faire l’objet de datations directes précises : leur âge est estimé entre environ 18 000 et 15 000 ans avant Jésus Christ à partir de datations et d’études réalisées sur les objets découverts dans la grotte.
 
C'est le jeudi 12 septembre 1940, après 17 000 ans de sommeil, que la grotte de Lascaux a retrouvé la lumière grâce à la curiosité d'un chien. Ce jour-là, près du village de Montignac, quatre adolescents, Marcel Ravidat, Georges Agniel, Simon Coencas et Jacques Marsal, poursuivent leur chien Robot qui explore un trou situé à l'endroit où un arbre avait été déraciné quelques jours auparavant à la suite d’un orage.
 
Après s’être munis de cordes et d’une lampe de fortune au village les quatre adolescents partent récupérer leur chien. Ils débouchent dans une grotte et découvrent, à la lueur de leur lampe, la chevauchée fantastique de taureaux et chevaux multimillénaires.
 
Ils font part de leur découverte à leur instituteur, Léon Laval, lequel en informe l'abbé Henri Breuil, éminent spécialiste de la Préhistoire. Celui-ci se rend sur le site, appelé Lascaux, et au terme de patients relevés, à la lueur d'une bougie, identifie des peintures rupestres vieilles de 18 000 ans. Le site est classé monument historique dès le 27 décembre suivant.
 
Lascaux est l’un des ensembles pariétaux les plus remarquables au monde. En 1948, la grotte est aménagée pour les visites, mais victime de son succès, elle est définitivement fermée au public en 1963.
 
En 1983 un fac-similé, Lascaux II, a été ouvert au public. Il reproduit à l’identique la « salle des taureaux » et le « diverticule axial » qui rassemblent la majorité des peintures.
 
 
Le Pôle International de la Préhistoire
 
L’État, la Région Aquitaine et le Département de la Dordogne se sont associés dans un grand projet - le Pôle International de la Préhistoire - pour réussir la mise en valeur culturelle et touristique de la Préhistoire.
 
Depuis sa création, le PIP s’est attaché à mettre en cohérence et à valoriser cet ensemble patrimonial par la mise en place d’un programme de développement touristique et culturel pour la Préhistoire associant des actions éducatives, des événements culturels et de nombreuses ressources documentaires numériques en ligne pour faire mieux connaître à la fois le territoire et la Préhistoire.